Radium 224 and its daughter products / le radium 224 et ses descendants

Se référer en priorité aux articles sur la FISSION (le tritium à Canjuers et ailleurs, les flashs lors des explosions) mais le plomb 212 peut servir à produire des neutrons rapides.

Please do refer to the above mentioned articles for key info on fast neutrons used in depleted uranium weapons.

L’armée française a reconnu l’utilisation de “thorium” à Canjuers, et on n’y retrouve pas d’actinium 228 selon une étude sur des mousses Grimmia réalisée par la Criirad pour Pyrophor. Serait-ce une référence au thorium 228 – et non au thorium 232 auquel on pense habituellement quand on parle de thorium ? L’armée pourrait avoir mentionné la présence de thorium à cause du scandale de Quirra en Sardaigne dans les années 1990. On y retrouvera peut-être du thorium 232 mais il y a une autre hypothèse sur le fonctionnement de missiles utilisant du thorium 232 ou de l’uranium 238 comme liner de charge creuse ou ballast (pensons aussi à l’obus BONUS), qui repose sur l’utilisation d’une forte radioactivité pour faire chauffer le 232Th ou le 238U et obtenir un effet incendiaire puissant. (article en anglais)

Le radium 224, le plomb 212 et le thallium 208 ont des demi vies très faibles et pourraient donc disparaître rapidement (20 demi vies), mais on retrouve des niveaux très élevés de plomb 208 en Iraq dans les dents de lait d’enfants malformés, à Bassorah notamment (travail par Savabieasfahani et al en 2016). On trouve aussi dans les cheveux de nouveaux nés malformés à Gaza 35% de plomb 208 de plus que pour des enfants normaux, et pour les prématurés 56%, selon une étude de Manduca, Naim et Signoriello publiée en mai 2014 – pourtant les cheveux sont un moins bon réceptacle du plomb que les dents. Il est tout à fait possible que le thorium 228, qui émet des particules alpha et a une radioactivité très importante, serve à produire des fioles de radium 224 ou de plomb 212, dissous par exemple dans un mélange avec de l’acide nitrique pour être injecté sur commande par des pompes dans les obus. A partir du radium 224 tous les éléments ont des demi-vies très courtes, ne laissant derrière que du plomb 208, non radioactif !

1 gramme de plutonium 238 (en voici quelques kgs) produit 0,568W pour 634GBq de particules alpha de 5,6MeV, et 1g de 90Strontium 0,536W. On obtient la même énergie avec 1/10000ème de gramme de 224Ra (5000TBq/g en alpha 5MeV). 1 g = 5500W (joules/seconde), et s’il est injecté dans un liner de 3Kg de métal lourd celui ci chauffera d’environ 15 degrés C par seconde (capacité calorifique très faible, 0,12 joules / gramme / kelvin, merci Roland Desbordes). Ceci explique certainement pourquoi on ne retrouve jamais de tête de missile. Au bout d’un certain temps elle explose automatiquement à cause de la chaleur près de l’explosif.

N’importe quel métal est pyrophorique, on peut éventuellement injecter le mélange chaud dans du plomb pour laisser moins de traces.

Notons que les missiles disposent très fréquemment d’une source de froid pour les capteurs infrarouges, source facilement réutilisable pour conserver au frais le mélange avant injection.

Un crash d’hélicoptère entre Montferrat et la base (près du réservoir d’eau), il y a une dizaine d’années, a nécessité une “décontamination très importante”, a ce qu’on m’a expliqué. C’est justement à cet endroit que j’ai eu le chiffre le plus important (0,75uSv/h) quelques instants à l’allumage de mon MKS 05, peut être que la décontamination a été imparfaite?

*******

SEE ARTICLES ON FISSION this is no more updated

The French army acknowledged the use of “thorium” in Canjuers, Western Europe’s biggest military camp, and we do not find actinium 228 in Grimmia moss tested by Criirad for Pyrophor. Could the reference to “thorium” be a reference to 228Th – and not the usual 232Th ? The French army could have suggested that because of the Quirra scandal in Sardinia in the 1990s. Perhaps we will find 232Th in Canjuers but there is another hypothesis for the functioning of 232Th / 238U lined / ballasted missiles, relying on the use of radioactivity to heat up the metal and improve the incendiary effect.

Radium 224, lead 212 and thallium 208 have very short half lives and could thus disappear very quickly (in approx. 100 days) in the environment, especially as they are dispersed by the vaporisation at explosion, but still, it happens that we find very elevated levels of lead 208 (the stable descendent of the aforementionned isotopes) in Iraq in the deciduous teeth of malformed babies, in Basrah for instance (article by Savabieasfahani and al 2016). Another article by Manduca, Naim and Signoriello (2014) shows an increased concentration of lead 208 in the hair of premature babies (+56%) and malformed babies (+35%) in Gaza. Note that hair has a very poor efficiency for retaining lead, as compared with teeth. It is absolutely possible that 228Th would be used to produce flasks of highly radioactive radium 224 or lead 212, dissolved for instance in a mix with nitric acid to be injected on command by pumps in the warheads. The radioactive energy of radium 224 / lead 212 would add a significant amount of heat in the warhead. Radium 224 and all its decay products are short-lived elements, leaving behind only the aforementioned lead 208 found in the teeth of malformed babies in Basrah and in the hair of Gaza children.


Here is a block of some kilograms of plutonium 238. 1 gram = 634GBq of 5,6MeV alpha particles = 0,568W, you get the same with 1 gram of strontium 90 (5,094TBq * 0,55MeV beta) and with only 1/10000th of a gram of 224Ra (1g = 5000TBq alpha 5MeV). In a 3kg heavy metal liner (very low calorific capacity, 0,12 joules /g/Kelvin) you get approx. +15 degrees C per second with 1 gram of that. This certainly explains why missile warheads are never found. The heat of the liner WILL detonate the explosives.

Any heavy metal is pyrophoric, it’s not essential to use uranium so long as you use the good injection.

Note that many missiles need to cool their IR sensors so this would make for a good way to keep cool the radioactive mix before injection.

I have learned that an helicopter crash near the Canjuers base (south of the base, north of Montferrat, near the reservoir), approximatively ten years ago, required a “very important decontamination”. It is actually the exact place where, when starting up my MKS 05, I have found for a second the highest value (0,75uSv/h in a place where natural radioactivity is low). Maybe the decontamination was imperfect ?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s