Pourquoi la fermeture des camps de la mort soviétiques explique l’accident de Tchernobyl – why the closure of the Soviet death camps explains the Chernobyl accident

J’ai démontré par d’autres moyens que l’explosion de Tchernobyl est une explosion nucléaire au sodium. Comme je l’ai expliqué l’arsenal nucléaire soviétique était en constante augmentation grâce au travail forcé dans les mines d’uranium camps de la mort – un vrai démocide industriel. Il est très clair que Gorbatchev arrive au pouvoir et fait fermer ce complexe mais il décide d’augmenter la production de plutonium par d’autres moyens : les réacteurs rapides au sodium connus pour être excellents pour la surgénération en raison de l’excellente section de capture du sodium (meilleure que le plomb et le bismuth) – il est à mon avis vraisemblable que l’histoire de la théorie selon laquelle les RBMK sont des réacteurs “modulaires” vient à l’origine de ce qu’on peut utiliser plusieurs types de caloporteurs (par exemple à la fois du plomb bismuth et du sodium) et qu’on a décidé de tenter des expériences avec le sodium – et évidemment ces nouvelles expériences, inhabituelles, où il s’agissait de faire des extractions très rapides pour faire passer inaperçu l’arrêt du réacteur aux satellites qui surveillent le rayonnement infrarouge des réacteurs pour analyser des éventuelles opérations d’extraction (ce qui nécessite un coefficient de vide positif pour éteindre le réacteur en quelques instants avec des barres de type hafnium, et pouvoir le redémarrer bien plus rapidement grâce à la garantie des barres de pression qui permettent un décollage ultra rapide sans réaction en chaîne incontrôlée), le tout en quelques instants, alors qu’avec un coefficient de vide négatif le démarrage prend du temps. Les Soviétiques surveillent le ciel et coordonnent les arrêts de réacteur avec les périodes d’absence présumée de satellites à ce moment précis… La peur des Soviétiques est évidemment que les Occidentaux comprennent que Gorbatchev, en dépit de ses paroles d’amour, continue d’alimenter par d’autres moyens que les moyens “usuels” le stock de plutonium.

Here is the chemical and physical proof that the Chernobyl reactor is a sodium fast reactor. As I explained the Soviet nuclear arsenal was constantly growing thanks to forced work in uranium mines used as death camps – a true industrialized democide. It is very clear that Gorbachev comes to power and closes the death camp system but he decides to compensate with other tools : fast reactors with sodium known for being extremely good for fast neutrons due to extremely low cross section of sodium (lower than lead-bismuth). My opinion is that the theory according to which the RBMK is “modular” is at the origin that it can use several kinds of caloporting fluid (for instance both lead bismuth and sodium), and that new experiments were attempted with sodium. It is obvious that one of these unusual operations for Soviet operators failed. The point is actually to use the positive void coefficient to have a very fast start up of the reactor after killing it with e.g. hafnium rods, so you can extract plutonium without being seen by satellites seeking infrared radiation, that are constantly spinning around Earth (and obviously monitored by the Soviets) to see which reactors are secretly closed (which would have demonstrated that Gorbachev himself in spite of words of peace is keeping on increasing the nuclear stockpile. But for such a startup after extraction process, you need again pressure bars (hence the RBMK pressure rods) to interrupt the very quickly rising chain reaction, to stabilize it, and this is a very dangerous operation !